Pages

lundi 28 mars 2016

Une Constellation de Phénomènes Vitaux




Auteur : Anthony MARRA
Editeur : LE LIVRE DE POCHE
Collection : -
Pages : 544
Prix : 8,10€
Date de Publication : 06/01/2016










Synopsis :

Dans un village enneigé de Tchétchénie, Havaa, une fillette de huit ans, regarde, cachée dans les bois, les soldats russes emmener en pleine nuit son père, accusé d’aider les rebelles. De l’autre côte de la rue, Akhmed, son voisin et ami de sa famille, observe lui aussi la scène, craignant le pire pour l’enfant quand les soldats mettent le feu à la maison. Mais quand il trouve Havaa tapie dans la forêt avec une étrange valise bleue, il prend une décision qui va bouleverser leur vie. Il va chercher refuge dans un hôpital abandonné où il ne reste qu’une femme pour soigner les blessés, Sonja Rabina.
À la fois récit d’un sacrifice et exploration du pouvoir de l’amour en temps de guerre, Une constellation de phénomènes vitaux est surtout une œuvre portée par le souffle profond de la compassion, vers ce qui doit être et ce qui demeure.




Mon Avis :

"Vie : Une constellation de phénomènes vitaux - organisation, irritabilité, mouvement, croissance, reproduction, adaptation."

Comme le dit si joliment le titre de ce roman, nous suivons tout simplement des vies. Des vies qui s'entremêlent, se croisent, se trahissent, s'aiment dans le contexte de la guerre en Tchétchénie.

Pour cela, l'auteur a choisi une construction non linéaire, éparpillée, brisée tout comme les vies qu'il essaie de reconstruire pour nous et le pays dans lequel tout ceci se déroule. C'est un tour de force car au fil de la lecture tout se recoupe. Même si cela demande une réelle concentration et du temps de lecture car nous entrons dans l'histoire en 2004 puis nous allons en 1991 pour revenir en 2001 et ainsi de suite. Par ailleurs, nous suivons à chaque changement temporel un personnage différent. Rien que cette construction est absolument remarquable.

Nous rencontrons de nombreux personnages mais les principaux sont Havaa, Akhmed et Sonja. Je les ai adorés. Une réelle empathie, voir compassion, s'est créée. Anthony MARRA a un vrai talent pour nous rendre ses personnages vivants, consistants, présents. De plus, les relations qu'il crée entre eux sont tellement intenses (peut-être est-ce dû aussi au contexte) que j'ai ri et surtout pleuré en suivant leurs évolutions et leurs histoires.

Grâce à la magnifique plume de l'auteur, dense et poétique, je me suis régalée à lire ce livre malgré quelques passages qui ont été difficiles à lire (scènes de torture tellement détaillées que j'ai dû faire une pause avant de reprendre ma lecture) . Seul petit bémol, il y avait peut-être quelques longueurs. Mais rien de rédhibitoire.

Je ne vais pas entrer précisément dans l'histoire car découvrir au fil de la lecture les différents liens, les destins c'est ce qui m'a le plus plu et impressionnée car le travail de l'auteur à ce niveau-là est encore une fois remarquable surtout pour un premier roman. Je vais attendre sa prochaine sortie et je la lirai sans hésiter, peut-être même en VO pour découvrir son style brut.

Je me rends compte en écrivant ce billet que j'ai peut-être bien eu un coup de cœur à retardement, le temps de digérer cette histoire si belle et si dense... Sans surprise, ce livre est celui pour lequel je vote pour le mois de mars et s'il vous plaît lisez-le !


19/20

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"



2 commentaires:

  1. Salut !
    J'avais trouvé beau, mais long.
    Mais beau :)
    http://bibliza.blogspot.fr/2016/03/une-constellation-des-phenomenes-vitaux.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bizarre mais c'est en mettant en ordre mes idées pour la chronique que je me suis dit "mais en fait je l'ai adoré ce livre"... lol

      Supprimer