Pages

samedi 17 septembre 2016

Ecoutez Nos Défaites

Écoutez nos défaites


Auteur : Laurent GAUDE
Editeur : ACTES SUD
Collection : -
Pages :  288 pages
Prix : 20€
Date de Publication : 17/08/2016




Pour vous le procurer






Synopsis :
Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles.

“Écoutez nos défaites est un livre sur le temps. Celui des quatre époques qui s’entremêlent et construisent le récit : la guerre entre Hannibal et Rome, la guerre de Sécession, la deuxième guerre italo-éthiopienne et enfin l’époque contemporaine. Mais c’est aussi un livre qui essaie de saisir ce continuum qui nous traverse, nous lie aux époques précédentes, dans une sorte de mystérieuse verticalité. Un peu comme le font ces objets archéologiques qui traversent les siècles, surgissent parfois à nos yeux, au gré d’une fouille, nous regardent avec le silence profond des âges et disparaissent à nouveau, vendus, détruits ou engloutis pour quelques siècles encore.



Mon Avis :
Je sais d'ores et déjà que ce billet sera loin d'être à la hauteur de ce roman, loin d'être à la hauteur de l'impact qu'il a eu sur moi, loin d'être à la hauteur de l'amour que je porte maintenant à ce texte qui m'a profondément touchée, qui m'a émue aux larmes, qui est ma meilleure lecture de l'année et même depuis bien longtemps, et qui est à mon humble avis un chef-d'œuvre.

Assem et Mariam se rencontrent par hasard et passent une nuit ensemble où ils vont partager bien pus qu'une nuit d'amour, cette rencontre va les bouleverser et les faire remettre en question bien des choses.
Ils vont chacun de leurs côtés remettre en question leurs vies et l'utilité de leurs travails (il est agent des services de renseignements français chargé de "supprimer" les personnes gênantes, elle est une archéologue irakienne qui tente de protéger le patrimoine historique mondial). 

"Juste, au moment de se quitter, lorsqu’ils se serraient la main, cette phrase que le poète palestinien lui avait dite, les yeux plantés dans les siens : “Ne laissez pas le monde vous voler les mots.” Il le revoit là, avec ce visage de pierre, et c’est la première fois qu’il y repense. C’était des années plus tôt. Et il doit bien avouer qu’il a laissé le monde lui voler les mots. Il n’a été question que de gestes. L’action, qui s’empare de tout, ne laisse plus de place à rien. L’action avec son ivresse et son intensité qui rend tout si fade en comparaison."

En parallèle Laurent Gaudé nous raconte des évènements militaires historiques : Hannibal et la conquête de Rome, le Général Grant et la guerre de sécession, Hailé-Sélassié et sa guerre contre l'Italie.


A travers ces différents récits, l'auteur se demande qu'est-ce que la victoire ou la défaite à l'instant T, et ensuite avec le temps. Quelle notion avons-nous de celles-ci? Nous avons tous entendu parler d'Hannibal et ses fameux éléphants pourtant techniquement il est celui qui a perdu sa guerre contre Rome. Mais qui se souvient qu'il se battait contre Scipion? L'échec n'est pas la défaite. Hannibal a été défait par Scipion mais il est dans la légende et à ce titre il est victorieux.
Cependant, et c'est ce dont nos deux protagonistes Assem et Mariam se rendent compte, l'échec est inhérent à la vie, il est inévitable mais la vie pour autant vaut la peine de se battre pour elle. C'est pourquoi Mariam sauve nos trésors archéologiques que les "terroristes" d'aujourd'hui cherchent à détruire pour nous faire perdre notre identité, nos identités, pour nous soumettre à leur vision du monde, pour nous faire oublier le passé sans lequel nous ne pouvons réellement exister.
Cependant à chaque bataille (militaire ou non), nous perdons toujours un peu de nous. Car les batailles nous les menons aussi contre nous-mêmes, et il arrive que malgré tout nos efforts nous soyons défaits.


"Es-tu prêt à partir ?" C'est cela que lui demande son oncle. Et il comprend mieux maintenant . On ne peut partir au combat avec l'espoir de revenir intact. "Souviens-toi de Mycènes ..." Au départ, déjà , il y a le sang et le deuil. Au départ déjà , il faut accepter l'idée d'être amputé de ce qui vous est le plus cher. Au départ, déjà, la certitude qu'il n'y aura aucune victoire pleine et joyeuse"

Mais, et c'est là aussi un des points essentiels de ce merveilleux texte, Laurent Gaudé fait l'apologie de l'amour, quel qu'il soit, et de la l'art.

"Constituer un "acquis pour toujours". En décrivant les guerres du Péloponnèse, Thucydide espérait offrir cela à l'humanité : un savoir définitif. Les siècles ont passé. Les historiens ont écrit, encore et encore, sur chaque massacre, chaque génocide, chaque convulsion de l'Histoire. "Plus jamais cela." Chaque génération a prononcé cette phrase. Est-ce que l'Histoire ne sert à rien ? Ils lui avaient posé la question, elle s'en souvient très bien, et le vieux professeur Al-Khoury avait plissé les yeux avec malice au-dessus de ses lunettes, retrouvant pour un temps sa gourmandise libanaise. "Je comprends votre déception..." avait-il dit aux jeunes étudiants dont elle était. "Mais ne balayez pas trop vite Thucydide. Pensez à l'amour...", et dans les gradins de l'amphithéâtre, les jeunes gens, surpris, s'étaient faits plus attentifs. "À l'instant où vous proclamez votre amour, c'est pour toujours, n'est-ce pas ? Peu importent les risques que vous ne vous aimiez plus, peu importent les mères, les tantes, les grands-mères qui vous parlent de l'infidélité des hommes et de l'usure du temps, à l'instant où vous aimez, c'est pour toujours et cela est vrai. Disons alors simplement que les historiens sont des amoureux..."

 
Pour nous offrir ce magnifique récit, Laurent Gaudé a réalisé un enchâssement de récits, une construction narrative complexe. Le travail de recherche et le recoupement final est absolument magnifique.
Grâce à une écriture toujours aussi belle, ce texte a une densité et une portée incroyable.

Bref, il faut absolument lire ce livre qui est encore bien plus que ce que j'ai pu en dire ici.


20/20





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire