Pages

samedi 14 mai 2016

Baad

Couverture Baad




Auteur : Cédric BANNEL
Editeur : ROBERT LAFFONT
Collection : La Bête Noire
Pages :  480 pages
Prix : 14,99€ ( Kindle )
Date de Publication : 04/05/2016










Synopsis :

« Baad » : se dit d’un homme mauvais, violent, cruel envers les femmes.
Barbarie
Des jolies petites filles, vêtues de tenues d’apparat, apprêtées pour des noces de sang.
Abomination

Deux femmes, deux mères. À Kaboul, Nahid se bat pour empêcher le mariage de sa fille, dix ans, avec un riche Occidental. À Paris, les enfants de Nicole, ex-agent des services secrets, ont été enlevés. Pour les récupérer, elle doit retrouver un chimiste en fuite, inventeur d’une nouvelle drogue de synthèse.
Affrontement

Il se croit protégé par ses réseaux et sa fortune, par l’impunité qui règne en Afghanistan. Mais il reste encore dans ce pays des policiers déterminés à rendre la justice, comme l’incorruptible chef de la brigade criminelle, le qomaandaan Kandar.
Déflagration

Nicole et Nahid aiguisent leurs armes. Pour triompher, elles mentiront, tortureront et tueront. Car une mère aimante est une lionne qui peut se faire bourreau.




Mon Avis :

Comme je l'ai dit après avoir lu les derniers mots de ce roman, La Bête envoie du lourd.

Nous suivons deux histoires en parallèle : celle de Nicole à Paris qui doit faire face à l'enlèvement de ses enfants et de son mari, et celle d'Oussama, le qomaandaan, qui doit enquêter sur des meurtres de petites filles à Kaboul. Evidemment, ces deux histoires finissent par s'imbriquer pour aboutir à un final explosif

Les personnages de cette histoire sont un des points forts de ce roman, et en particulier Oussama que j'ai tout simplement adoré. Comme beaucoup de flics que l'on peut retrouver dans les thrillers, Oussama a un passé difficile à porter mais ici, et c'est ce qui selon moi fait toute la différence, c'est un passé que l'on connaît. Oussama a combattu au côté de Massoud. Nous connaissons tous Massoud et son destin, les talibans, la destruction des Bouddhas de Bâmiyân, Al Qaïda, l'Etat Islamique : autant de références que l'on retrouve au fil de la lecture. Aussi il est plus facile de comprendre le traumatisme avec lequel il peut vivre.
Il y a aussi les personnages féminins, Nicole et Nahid mais aussi la femme d'Oussama, qui sont des femmes fortes. Des mères de famille qui sortent les griffes et plus encore pour protéger leurs enfants.

"La guerre avait été trop longue, trop violente. Guerre contre l'envahisseur russe, mais aussi guerre civile : traditionalistes contre modernistes, croyants contre communistes, djihadistes contre modérés, Tadjiks contre Pachtouns. Il y avait eu trop de combats, trop de clans, trop de camps. Il en était sorti des héros, comme Oussama, et des hommes brisés, fous [...]."

Autre point fort pour ce roman le contexte géopolitique qui est tellement intéressant et apporte du volume et une autre consistance à cette histoire. L'Afghanistan a été pour moi un personnage à part entière car je l'ai découvert grâce à cette histoire autrement qu'à travers ce que l'on dit ou en montre aux informations. Je porte désormais un autre regard sur ce pays qui tente tant bien que mal de se moderniser et d'avancer malgré les fléaux que sont la drogue, la corruption et les extrémistes qui continuent à le polluer.

"Tout n'était pas perdu. Il y avait encore cela : des hommes de bien. Des hommes qui pensaient à leur mission, qui avaient des valeurs, une éthique, une morale.
Autant de raisons d'espérer pour son pays."

Cédric Bannel connaît son sujet sur le bout des doigts et on s'en rend compte à chaque page. Alors bien sûr il faut s'accrocher pour retenir tous les noms des nombreux personnages, pour situer qui est qui et qui fait quoi, et pour bien comprendre toutes les ramifications intrinsèques à cette histoire mais vraiment ça vaut le coup. Il y a un sacré travail derrière l'écriture de ce livre qui est bien plus qu'une simple enquête policière.
J'ai appris qu'il existe une autre enquête du qomaandaan, "L'Homme de Kaboul", et elle va être à coup sûr une de mes prochaines lectures, mais j'espère aussi qu'il y en aura une nouvelle car je veux continuer à suivre Oussama et mieux le connaître.

Merci La Bête Noire et Netgalley pour m'avoir envoyer ce livre.


18/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire