Pages

samedi 12 août 2017

Dans une Coque de Noix




Auteur Ian McEWAN
Editeur : Gallimard
Collection : Du Monde Entier
Pages : 224
Prix : 20€
Date de Publication : 13/04/2017



Pour vous le procurer







Synopsis :
"À l'étroit dans le ventre de ma mère, alors qu'il ne reste plus que quelques semaines avant mon entrée dans le monde, je veille. J'entends tout. Un complot se trame contre mon père. Ma mère et son amant veulent se débarrasser de lui. La belle, si belle Trudy préfère à mon père, John, poète talentueux en mal de reconnaissance et qui pourtant l'aime à la folie, cet ignare de Claude. Et voilà que j'apprends que Claude n'est autre que mon oncle : le frère de mon père. Un crime passionnel doublé d'un fratricide qui me fera peut-être voir le jour en prison, orphelin pour toujours ! Je dois les en empêcher."

Il y a quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre du XXIe siècle? Après L'intérêt de l'enfant, Ian McEwan n'en finit pas de surprendre et compose ici, dans un bref roman à l'intensité remarquable, une brillante réécriture d'Hamlet in utero.


☀☀☀☀☀


Mon Avis :
"Être enfermé dans une coque de noix, voir le monde dans un camée d'ivoire, dans un grain de sable. Pourquoi pas, quand toute la littérature, tous les arts, toutes les entreprises humaines ne sont qu'un point minuscule dans l'univers des possibles ? Et cet univers même n'est sans doute qu'un point minuscule dans une multitude d'univers, réels ou possibles."
Comme j'ai pu le dire dans un de mes "c'est lundi", j'ai découvert Ian McEwan avec "Expiation". Depuis, je le suis et j'essaie de faire le tour de toute sa bibliographie.

Résultat d’image pour ian mcewan
Ian McEwan

Voici donc son dernier né, une réécriture d'Hamlet de Shakespeare racontée par un enfant à naître. Projet ambitieux s'il en est et vraiment bien réussi selon moi.
"Alors tout et tout le monde, le petite troupe d'acteurs complaisants, se faufile par la déchirure. Qui est le premier? Mon père souriant et la pénible nouvelle de son honnêteté et de son talent. La mère à laquelle je suis lié, un lien fait d'amour et de haine. Claude, créature lubrique et satanique. Elodie, poétesse de la scansion, aux dactyles approximatifs. Et moi plein de lâcheté, ayant renoncé à la vengeance et à tout sauf à mes pensées. Ces cinq personnages défilent devant moi, jouant leur rôle dans les évènements comme ceux-ci ont eu lieu, auraient pu avoir lieu et peuvent encore avoir lieu. Je n'ai pas le pouvoir d'influer sur leur cours. Je ne peux que regarder. Les heures passent."
Comme toujours avec cet auteur, l'écriture est absolument délicieuse. De plus, il y a dans ce texte un humour caustique et pince sans rire so british que personnellement j'aime beaucoup.

Je pense que nous connaissons tous l'histoire d'Hamlet, aussi il me semble peu pertinent de vous parler de l'histoire de ce livre. Sachez simplement que les personnages croqués par Ian McEwan nous sont profondément antipathiques : j'ai ressenti de la pitié pour cet enfant à naître qui clairement n'est pas tombé dans une famille aimante et saine.

Un texte intéressant par le challenge d'écriture qu'il représente mais il n'a pas détrôné "Expiation" ou "Samedi", loin de là.


15/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire